BTP Urbanisme

La géométrie Sacrée considère l'homme comme un élément du « vivant ». Elle s'attache donc à son harmonie mentale avec les lieux et leurs contenus, qu'il pratique.
Il peut s'agir d'habitat, d'une construction destinée à l'harmonie collective, d'un espace de travail, d'un ouvrage d'art ou de l'urbanisme.

La tradition et modernité

Le village de Lepenski-Vir fête ses 9000 ans ! Aucun vestige multi-millénaire n'échappe à la géométrie sacrée. Les autres ont donc disparu. Le tracé régulateur dont ces lieux sont l'objet, consiste le plus souvent à stabiliser les réseaux électromagnétiques ambiants en les accordant avec la vibration du Soleil et parfois de la Lune. Lepenski-Vir est, à lui seul, un immense résonateur solaire. Ce principe est utilisé de manière identique depuis la fin de l'âge de pierre, sur les 5 continents. Cantonné aux édifices religieux (du latin religere – relier au cosmos) depuis le XIe siècle en Europe, sa discrète pratique est récemment la plus courante en Amérique, notamment avec le tracé régulateur du Pentagone à Washington.

Les 8 techniques de la géométrie sacrées se sont secrètement perpétrées en Europe par le compagnonnage pour disparaître de manière accélérée au fil des normalisations légale qui ont couru depuis deux siècles ; jusqu'à extinction -et presque ridiculisation- avec la dernières génération d'ouvriers qui nous quitte sans savoir à qui transmettre sa connaissance. Quelques architectes veilleurs s'associent toutefois à de rares et remarquables travaux. Citons les réalisations du Président F. Mitterrand entre Cergy-Pontoise, l'Arche de La Défense, la Pyramide du Louvre sur l'axe d'André Le Nôtre, le Ministère des finances et la Bibliothèque Nationale…

L'urbanisme a besoin, pour l'harmonie de la société, de tracés régulateurs. Force est de regretter que les Intentions notamment marquées à la Halle de la Villette par l'architecte Jules de Mérindol (1815-1888)2, élève de Victor Baltard, n'aient pas été prises en compte dans sa réhabilitation, négligeant ainsi son rôle d'intermédiaire cosmo-tellurique et ne contribuant de fait, plus aucunement à stabiliser la vie citadine régnante.